QUAI DES FLOTTILLES
"Chalut". Tu es ancien de la Royale ? Ben n'hésite pas. Pose ton sac sur ce quai et enregistre toi. Même si tu n'a jamais foulé ce dernier tu es le bienvenu car tu dois avoir des choses à nous raconter...

Quelques règles à suivre pour le bien de tous :


- En premier lieu, il serait aimable et courtois de ta part de te présenter. tu es le bienvenu parmi nous, mais dis nous sommairement qui tu es, sans oublier de mettre à jour ton avatar en y « glissant » ta « bouille »

. A défaut, ton compte risque d'être supprimé. Merci à toi pour ta compréhension.
- Les membres qui ne posteront pas régulièrement, verront leur compte supprimé au bout de deux mois d'inactivité.

- Pour la bonne lecture des différents messages, le langage SMS est à proscrire, tout comme les fautes d'orthographe qui rendent la compréhension plus que pénible.

Il est certain qu’un minimum d'effort est demandé, si non pourquoi s’inscrire , si tu n'a rien à nous faire partager?

Serais-tu voyeur ?

Pas de cela sur le quai des flottilles.

En une phrase, tu décides de t' inscrire c’est après mure réflexion, donc c’est avec l’intention de nous faire profiter de ton expérience maritime.
L’ensemble des membres , sera heureux de te lire et de te répondre.

Dans cette attente, je me fais le porte parole de l’ensemble des membres en te souhaitant la bienvenue et en te donnant toute notre amitié marine.

Jean-Paul, Fondateur du site « Quai Des Flottilles ».

J. P.

Le premier drone français à 100 ans

Aller en bas

Le premier drone français à 100 ans

Message par Jean-Paul le Dim 15 Oct 2017 - 10:01

Le premier drone français a 100 ans
S'ils connaissent à l'heure actuelle un essor sans précédent, le concept des drones est toutefois plus ancien qu'il n'y paraît. En 1917, pour épargner la vie des pilotes au combat, le capitaine Max Boucher faisait voler un avion Voisin sans pilote sur le champ d'aviation d'Avord. Une prouesse technique à l'époque dont le musée de la base aérienne du Cher garde précieusement le souvenir.

Considéré comme le père du drone, le capitaine Max Boucher souhaitait épargner la vie de ses pilotes avec un appareil télécommandé ©️ Les Copains d'Avord
La base aérienne d’Avord est riche d’une histoire de plus de 100 ans. En 1912, les premiers aviateurs s’installent dans un pré pour monter l’une des toutes premières écoles de pilotage. Six ans plus tard, en 1918, 1.300 avions et plus de 6.000 personnes peuplent le terrain d’aviation qui verra passer Guynemer, Nungesser, Bourjade…
Au milieu de la frénésie qui règne sur la base, le 2 juillet 1917, le commandant du champ d’entraînement, le capitaine Max Boucher, cherchant à épargner la vie des pilotes au combat et à l’entraînement, a l’idée de faire voler un Voisin 150 HP « à ailes tronquées et muni d’une voilure spéciale, » précise le rapport sur l’essai d’un « appareil sans pilote à bord« .
Le même rapport détaille le vol de cette manière : « L’appareil a roulé sur 150 mètres environ, s’est envolé très normalement, il a viré progressivement à droite, a atterri normalement en touchant de l’aile droite et roulé sur 150 mètres environ ». L’appareil aura volé sur 1.000 mètres environ et n’aura pas dépassé 50 mètres d’altitude.

En avril 1923, Max Boucher et Maurice Percheron font voler un drone piloté par TSF. Le projet ne sera pas poursuivi ©️ Les Copains d’Avord
Début 1918, le président de la Commission sénatoriale de l’Armée, Georges Clémenceau, lance un projet « d’avions sans pilotes. » Le capitaine Max Boucher poursuit alors ses recherches dans le domaine et fait voler un Voisin BN3 le 14 septembre 1918, sur près de cent kilomètres et pendant 51 minutes, en utilisant la TSF (télégraphie sans fil).
Avant les français, les britanniques et les américains s’étaient déjà intéressés au sujet. Archibald Low, en GrandeBretagne, avait déjà imaginé le principe de l’avion plastron sans pilote, guidé par TSF. Au même moment aux EtatsUnis, les frères Ambrose et Lawrence Sperry et Peter Cooper Hewitt imaginaient un procédé similaire. Max Boucher a toutefois été le premier à démontrer la faisabilité d’un tel procédé.
En 1923, Max Boucher s’associe à l’ingénieur Maurice Percheron pour mettre au point non plus un avion dronisé mais un véritable drone. La guerre terminée, l’armée française n’a pas vu l’intérêt de soutenir le développement de cette technologie . Malheureusement pour le duo, même si l’appareil fait un vol concluant le 17 avril 1923, le projet sera abandonné.
Gardiens de mémoire de ce lieu d’aviation plus que centenaire, le musée de la base aérienne 702 d’Avord et l’association les Copains d’Avord entretiennent le souvenir du « père » du drone, Max Boucher. Le musée peut être visité sur demande, en prenant rendez-vous auprès de la cellule communication de la base.

F.M.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Possesseur du MAKHILA d'Honneur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 FONDATEUR DU QUAI DES FLOTTILLES

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Escorteur Rapide  LE BASQUE  F 773

Ma devise: TOUS UNIS COMME A BORD

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Jean-Paul
Fondateur et Administrateur
Fondateur et  Administrateur

Messages : 20080
Date d'inscription : 17/05/2010
Age : 65

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le premier drone français à 100 ans

Message par Patrick le SCOUARNEC le Dim 15 Oct 2017 - 17:52

avatar
Patrick le SCOUARNEC
Administrateur - Responsable du foyer
Administrateur - Responsable du foyer

Messages : 26158
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum