QUAI DES FLOTTILLES
"Chalut". Tu es ancien de la Royale ? Ben n'hésite pas. Pose ton sac sur ce quai et enregistre toi. Même si tu n'a jamais foulé ce dernier tu es le bienvenu car tu dois avoir des choses à nous raconter...

Quelques règles à suivre pour le bien de tous :


- En premier lieu, il serait aimable et courtois de ta part de te présenter. tu es le bienvenu parmi nous, mais dis nous sommairement qui tu es, sans oublier de mettre à jour ton avatar en y « glissant » ta « bouille »

. A défaut, ton compte risque d'être supprimé. Merci à toi pour ta compréhension.
- Les membres qui ne posteront pas régulièrement, verront leur compte supprimé au bout de deux mois d'inactivité.

- Pour la bonne lecture des différents messages, le langage SMS est à proscrire, tout comme les fautes d'orthographe qui rendent la compréhension plus que pénible.

Il est certain qu’un minimum d'effort est demandé, si non pourquoi s’inscrire , si tu n'a rien à nous faire partager?

Serais-tu voyeur ?

Pas de cela sur le quai des flottilles.

En une phrase, tu décides de t' inscrire c’est après mure réflexion, donc c’est avec l’intention de nous faire profiter de ton expérience maritime.
L’ensemble des membres , sera heureux de te lire et de te répondre.

Dans cette attente, je me fais le porte parole de l’ensemble des membres en te souhaitant la bienvenue et en te donnant toute notre amitié marine.

Jean-Paul, Fondateur du site « Quai Des Flottilles ».

J. P.

Le Mystère du LANVEOC.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Mystère du LANVEOC.

Message par joel16 le Jeu 10 Aoû 2017 - 15:11

L'Histoire Moderne de la Royale recèle bien des mystères dont nous avons tous plus ou moins entendu parler.
Il n'en reste pas moins que comme certainement beaucoup d'entre vous, je n'avais jamais eu connaissance de la disparition du LANVEOC.
Transport de Personnel de la rade de Brest depuis 1937, ce Bâtiment de 350 tonnes a totalement disparu à partir de 19 juin 1940.
Le 18 juin 1940, tous les navires en état de quitter Brest appareillent devant l'avancée allemande et la prise imminente de la ville et du port. La grande majorité d'entre eux tente de gagner la Grande-Bretagne, ceux dits "de haute mer" l'Afrique. Les Bâtiments incapables de quitter le port ou la rade se sabordent pour la plupart, quelques uns seront saisis par les allemands mais très peu. Le lendemain soir, 19 juin 1940, la ville est prise par les Nazis.
Bien que nous soyons en pleine débâcle, l'administration de la Marine Nationale tient ses registres avec une précision de temps de paix. Tous les Bâtiments qui ont quitté Brest ce 18 juin sont répertoriés y compris la moindre vedette réquisitionnée, aucune trace du LANVEOC. En Grande-Bretagne, ce Transport de Personnel n'étant pas armé pour rejoindre l'Afrique, pas le moindre document pour signaler l'arrivée du LANVEOC. Aurait il péri durant la traversée ? Aucun témoignage n'existe pour seulement signaler qu'il aurait appareillé, ni sur son équipage, ni sur ces passagers ... une amnésie collective même pendant la débâcle semble impossible et il y aurait au moins eu des témoignages de parents ou d'amis de l'équipage ou des passagers pouvant assurer que ceux-ci avaient embarqué et pris la mer.
Les registres de la Kriegsmarine, présente à Brest dès le 20 juin au matin, font un état très précis des Bâtiments sabordés ou saisis, là aussi pas la moindre trace du LANVEOC.
Depuis 77 ans, l'archéologie marine a largement répertorié le moindre fragment d'épaves en rade comme au large de Brest, rien qui puisse être rattaché au LANVEOC n'a été retrouvé alors qu'il s'agissait d'un Bâtiment moderne, neuf et d'une certaine envergure.
Du côté allemand, la précision germanique fait qu'on a la certitude qu'il n'a pas été coulé ni par l'aviation ni par une torpille de Sous-marin.
Aurait il été pulvérisé par une mine ? aurait il été sabordé au grand large ? Bien qu'invérifiable, ces 2 hypothèses restent peu probables fautes de témoignage et de trace matériel.
Reste toutefois une possibilité, invérifiable mais du domaine du possible. Il y avait en 1940 à Brest une petite communauté d'exilés espagnols, des républicains qui avaient fui le régime franquiste, et qui étaient pour la plupart des gens de mer. Se seraient ils emparés du LANVEOC pour gagner l'Espagne et plus certainement le Portugal ?. Une fois sur place, ils auraient maquillé le Bâtiment qui seraient devenus l'un des nombreux bateaux de pêche sans ou avec une fausse immatriculation du pays.
Le mystère de la disparition du LANVEOC reste encore aujourd'hui totale et sans doute le restera t'elle pour l'éternité.


Dernière édition par joel16 le Jeu 10 Aoû 2017 - 16:45, édité 1 fois
avatar
joel16
Permanent
Permanent

Messages : 3547
Date d'inscription : 18/11/2013
Age : 54

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mystère du LANVEOC.

Message par Patrick le SCOUARNEC le Jeu 10 Aoû 2017 - 16:21



J'ignorais totalement cette histoire...

Je vais interroger un copain brestois, histoire de voir s'il a des éléments supplémentaires...
avatar
Patrick le SCOUARNEC
Administrateur - Responsable du foyer
Administrateur - Responsable du foyer

Messages : 23215
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mystère du LANVEOC.

Message par Patrick le SCOUARNEC le Ven 11 Aoû 2017 - 10:39

Réponse de la Premar :



Voilà le résultat de mes recherches... en premier tu as les copiés-collés de ce que j'ai pu trouver sur des forums, et puis une PJ importante.
Biz

Concernant le Poulmic :
Le Patrouilleur le Poulmic le 1er navire de la FNFL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La canonnière Poulmic est l'une des deux canonnières (l'autre s'appelle Lanvéoc) qui fait la liaison entre la nouvelle base de Lanvéoc-Poulmic et le port de Brest. Les personnels font la navette quotidiennement. La dernière mission de ce navire est d'évacuer des militaires et du matériel de la base avant que les Allemands prennent possession des lieux. Direction  : les cargos dans le port de Brest, ceux-ci en partance pour l'Angleterre. Le Poulmic trouve Brest en feu, les Allemands entrent en ville et le port est saboté. La liaison Lanvéoc Brest n'a plus de sens. Ordre est donné au Poulmic de rejoindre Plymouth au plus vite. La traversée de la Manche se fait dans la nuit du 18 et la journée du 19 juin 1940.

La Royal Navy redistribue le Poulmic aux Forces navales de la françaises libres. La canonnière devient le premier navire de la FNFL en tant que patrouilleur des côtes anglaises pour la détection des mines. Le 7 novembre 1940, au large de Plymouth, vers 19h30, le Poulmic saute sur une mine acoustique et coule faisant 11 victimes sur les 18 membres d'équipage. Les survivants ont été secourus par une chaloupe d'un navire anglais (HMS Jersey) et par le remorqueur Plougastel sous pavillon anglais.

Le Général de Gaulle cite à l'ordre des FNFL ce bâtiment.

Seront décernés au patrouilleur, la Croix de Guerre, la Croix de la Libération et la médaille de la Résistance. L'officier des équipages de 2ème classe Vibert, commandant le Poulmic fut nommé compagnon de la libération à titre posthume.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Trouvé sur la toile, plaque d'un monument à Cherbourg.

Et la fiche de Paul VIBERT, commandant du Poulmic, Compagnon de la libération, blessé le 7 Novembre 1940 lors de la perte de son bâtiment.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Poulmic a été coulé à Plymouth, England: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Photo du Poulmic : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et le Lanvéoc :

D'après le document recensant les pertes de la marine nationale, Le Lanvéoc auriat été sabord à Brest le 18 juin 1940 (Voir PJ, Page 46)
La fiche et les plans du Lanvéoc sur le site du SHD : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Durant l'été 1937, la Royale reçoit la livraison de deux transports de personnel destinés à assurer la liaison entre Brest et la BAN de Lanveoc-Poulmic. Les deux navires ont d'ailleurs reçu les noms de Lanveoc et Poulmic.
Déplaçant 350 tonnes, et mesurant 37,03 x 8,08 x 3,10 m, ils sont propulsés par un moteur diesel de 540 CV et marchent à 12 nœuds.
On ne croule pas sous les photos, pour ma part j'ai seulement deux photos. La première est identifiée comme Poulmic dans "L'Historique des FNFL" et la seconde (ECPAD) est partielle et encore je ne sais pas lequel des deux a été saisi par hasard par le photographe.

Le 18 juin 1940, le Poulmic se réfugie en Grande Bretagne. Saisi par la Royal Navy le 3 juillet, il est remis aux FNFL qui l'arment comme dragueur magnétique à compter du 30 août.
Il se perd devant Plymouth le 7 novembre 1940 victime d'une mine donnée comme mine acoustique.
J'ai donné ici la date trouvée dans le premier tome de L'Historique des Forces Navales Françaises Libres, Le Masson donne lui le 6 octobre.

Le problème concerne le Lanveoc. 18 juin, aucune mention du Lanveoc dans les "Forces Maritimes de l'Ouest", ni appareillage, ni sabordage.
De même il n'apparait pas dans le livre dans la liste des bâtiments réfugiés en Grande Bretagne donnée dans "l'Armistice de juin 1940 et La crise franco-Britannique".
J'avais écrit au Service Historique de la Royal Navy, le bâtiment est inconnu pour eux.
Enfin on n'en trouve pas trace dans la KM quand on consulte le "Die Deutschen Kriegschiffe 1815-1945" plus connu sous l'appellation de Gröner (Erich Gröner en était l'auteur).

Son nom n'apparait pas non plus dans la liste des épaves du port de Brest en 1944.

Ma question est simple : qu'est-il devenu ?

Selon Le Masson, les Lanvéoc et Poulmic auraient tous les deux été armés par les F.N.F.L. en 1940; le Poulmic sautant vous l'avez dit sur une mine le 6 octobre 1940; et le Lanvéoc aurait été retrocédé en 1945, ce qui est d'ailleurs contradictoire : si il n'a été rétrocédé qu'en 1945, cela signifie qu'il était armé de 1940 à 1945 par la Royal Navy, et non par les F.N.F.L.

Lors de ma recherche il y a quelques années, j'ai eu droit à une partie de ping-pong virtuelle entre les deux services historiques.
Vincennes disait : "parti en Grande Bretagne, trace perdue",
Londres disait : "ne s'est pas réfugié en Grande Bretagne".

Il n'y a que le Poulmic de mentionné dans les tomes I et IV de l'historique des FNFL.

En effet les FNFL ne reconnaissent avoir eu dans leur flottille que le Poulmic.

La Royal Navy, par l'intermédiaire de son service historique, affirme ne pas avoir eu le Lanveoc dans sa flotte.

De même la Kriegsmarine ne l'a pas récupéré suivant Erich Gröner.

Dans mes recherches, la dernière trace que je possède est la Liste de la Flotte au 1er janvier 1939. Je n'ai jamais trouvé de trace de perte accidentelle entre janvier et septembre. Pour la période septembre 1939 - 18 juin 1940, l'ouvrage du SHM est muet à son sujet.

Pour la mention dans Le Masson, je pense à une erreur car j'en relevé d'autres particulièrement sur les petits bâtiments soit de servitude soit requis : erreurs de date, confusion entre bâtiments ayant porté le même nom et, pour les bâtiments de servitude, mention de bâtiments qui n'ont jamais été mis sur cale du fait de l'armistice.


Où était donc passé le transport Lanvéoc en 1939-40?
Si seulement on avait la réponse, cela ferait un bon petit quizz difficile. Twisted Evil

Je n'ai pas trouvé non plus, mais voici toujours qui pourrait faire avancer le dossier: divers renseignements et mentions concernant le Lanvéoc et le Poulmic, principalement tirés des archives en ligne du journal Ouest-Éclair.

Les petits transports Lanvéoc et Poulmic de la Marine Nationale étaient identiques, construits aux FCM de Graville (Le Havre); ils étaient destinés aux transports journaliers réguliers – matin et soir - du personnel et du matériel aéronautique entre le port de Brest et la BAN de Lanvéoc-Poulmic.

30/10/36 → lancement du porteur Lanvéoc au Havre. Les caractéristiques annoncées correspondent au données des plans du SHM; sa vitesse sera de 13 noeuds.
13/2/37 → lancement prévu - mais reporté pour cause de conflit de travail - du transport Poulmic.
13/3/37 → lancement effectif du Poulmic.
20/3/37 → le PM (Premier Maître) timonier PERROT a été nommé au commandement du transport Lanvéoc; le PM timonier LAGEAT a été nommé au commandement du transport Poulmic.
25/3/37 → arrivée à Brest (12:00) du transport Lanvéoc, parti du Havre le 24 avec un équipage des FCM. Rentré à 16:00 dans l'arsenal, ses essais de recette se feront à Brest.
18/8/37 → mise en service du Lanvéoc entre Brest et la BAN de Lanvéoc-Poulmic.
19/8/37 → début des essais du Poulmic.
29/7/38 → le transport Poulmic est attesté en service.
19/10/38 → le MP (Maître Principal) Jean PERROT (44 ans) est attesté comme commandant du transport Poulmic.
Note: le PM PERROT a donc entretemps été promu MP; on remarque ici et infra que les commandements de PERROT et LAGEAT semblent intervertis par rapport aux nominations du 20/3/37. Erreur ou changement? la circonstance exacte reste à élucider.
15/2/39 → le PM timonier LAGEAT est promu OE2. Au JO 1939, p. 2189, on trouve cette promotion:
Citation :
Au grade d'officier de 2e classe des équipages de la flotte (pour compter du 15 février 1939)
M. le premier maître timonier LAGEAT (Elie-Joseph-Jean-Marie), mle 108677-2, en remplacement numérique de M. le chef de musique principal BOHER, décédé.
23/2/39 → OE2 LAGEAT muté au SMBC (Service Mobilisateur des Bâtiments de Commerce) de Cherbourg, en stage le 1/3/39, prendra ses fonctions à la date fixée par le Préfet 1re Région Maritime.
23/2/39 → MP timonier CHAPALAIN est nommé au commandement du Lanvéoc, transport à Brest.
14/5/39 → PM timonier MADEC est nommé au commandement du transport Lanvéoc.
25/6/39 → PM timonier LUCAS prend le commandement du transport Lanvéoc.
...
18/6/40 → le transport Poulmic [MP PERROT] est en service à la BAN de Lanvéoc-Poulmic. [FMO, 323]

Le transport Lanvéoc est donc attesté ici jusqu'en juin 1939, mais son sort par la suite reste inconnu. Le Masson et Cornic (Warship International 1987) le prêtent aux FNFL en 1940, mais bien vaguement et sans que l'on puisse vérifier. En attendant mieux, je reste dubitatif.

Finalement, j'avoue être un tantinet agacé par l'ambiguité des textes concernant la date de la fin du Poulmic: 6 octobre ou 7 novembre 1940? Quelqu'un peut-il départager avec confiance?
"

I have, in my documentation, minutes of trials of the two ships. At the sections "Gunnery", "Torpedos" and "Dephtcharges", it is written the following comment: "service not concerning this ship."
I think we had to quickly equip in Britain a few antiaircraft machine-guns probably recovered from other vessels French (8 mm or 13.2 mm)."



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Voici ce qui a été trouvé pour l'instant. Je continue à chercher pour ces deux mystères (LANVEOC + POULMIC), mais de votre côté, ne vous privez pas... Razz Razz Razz
avatar
Patrick le SCOUARNEC
Administrateur - Responsable du foyer
Administrateur - Responsable du foyer

Messages : 23215
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mystère du LANVEOC.

Message par Patrick le SCOUARNEC le Ven 11 Aoû 2017 - 10:46

Pour Joël.

Mets ton info sur Net-Marine, j'y ajouterai ma réponse. On ne sait jamais...
avatar
Patrick le SCOUARNEC
Administrateur - Responsable du foyer
Administrateur - Responsable du foyer

Messages : 23215
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mystère du LANVEOC.

Message par joel16 le Ven 11 Aoû 2017 - 19:50

C'est fait Patrick Very Happy
Je n'espère pas que nous trouvions une réponse au sort du Lanveoc mais nous aurons au moins réveillé la mémoire de ce Bâtiment et c'est ce qui compte, ne pas le faire sombrer une seconde fois ... dans l'oubli.
Je rajouterai que si le Lanveoc a quitté Brest avec un équipage, ce n'était en aucun le sien car il resterait des témoignages ... on ne peut croire qu'il n'était composer que d'orphelins sans femmes ni enfants, c'est tout simplement impossible, des personnes se seraient forcement inquiété de leur disparition.
S'il a effectivement quitté Brest avec un équipage "étranger" en direction du Portugal, il a du obligatoirement relâché pour faire le plein en 1/2 points de la côte atlantique et certainement au plus prêt de la frontière espagnol, donc dans le secteur de Bayonne, pour éviter si possible de le faire en Espagne franquiste où il y avait danger d'être saisi et son équipage emprisonné sinon assassiné.
Reste qu'il n'était pas vraiment armé pour le grand large atlantique et qu'il aurait du naviguer assez prêt de la côte en cabotage, ce qu'il n'a peut être pas fait pour des raisons de sécurité, ce qui peut l'avoir conduit à un naufrage "corps et biens" en haute mer entre Brest et le Portugal. Cette thèse, sans doute totalement invérifiable 77 ans après, répondrait à beaucoup de questionnement.
avatar
joel16
Permanent
Permanent

Messages : 3547
Date d'inscription : 18/11/2013
Age : 54

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mystère du LANVEOC.

Message par Patrick le SCOUARNEC le Dim 13 Aoû 2017 - 16:49

Réponse reçue sur Net-Marine. Je transmets à Brest pour confirmation.



Bonjour,
Voici pour ma part les infos que j'ai obtenu.
Le Lanveoc sera coulé en rade de Brest alors que son homologue le Poulmic quittera le 18 Juin 1940 la rade,pour rejoindre l'Angleterre.
Le Lanveoc,comme tant d'autres navires coulés dans la rade sera découpé pas l'entreprise OCEANIC . Vers 1952,le personnel de l'OCEANIC aura la bonne idée de récupérer les lettres du panneau de la canonnière et de les offrir à la municipalité. Une des lettres en cuivre,le C ayant disparu,sera refaite par le personnel du chantier à l'aide de matériel de récupération. Cette lettre a d'ailleurs une épaisseur moindre que les six autres.
Ce panneau est toujours visible dans les locaux municipaux aujourd'hui.
Cordialement
Douzef
Source: Lanveoc Poulmic,mémoire de rade. René Martin- Michel Baraer
avatar
Patrick le SCOUARNEC
Administrateur - Responsable du foyer
Administrateur - Responsable du foyer

Messages : 23215
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum